Pendant ce temps, le cancer ne respecte pas le confinement…

0
730
Cancer et SARS-CoV-2 COVID-19

Il était dit que ce mois de mars serait bleu. Il l’a été mais pas comme prévu. Nous étions tous là à profiter de l’arrivée des beaux jours, arpentant les rues, les parcs et les terrasses de cafés, pour profiter de ce ciel bleu et des premiers rayons de soleil du printemps pendant que le gouvernement nous demandait de rester chez nous pour freiner la propagation du COVID-19.

Les chiffres du cancer colorectal

cancer colorectal et COVID-19

Et oui ce virus, a complètement éclipsé ce mois de mars bleu, dédié au dépistage du cancer colorectal. Avec 43336 nouveaux cas et 17 117 décès par an, il se place à au 3e rang des cancers les plus fréquent chez l’homme et au 2e rang chez la femme. Grâce au dépistage organisé, il est possible de détecter des adénomes avancés avant qu’ils ne dégénèrent et de nombreux cancers à des stades plus précoces 1.

En dehors du cancer colorectal, chaque année, ce sont près de 382 000 nouveaux cas de cancer qui sont diagnostiqués 2. Que dire du cancer du sein avec près de 40 000 nouveaux cas par an et plus de 2,5 millions de femme participant aux programmes de dépistage 3 ; du cancer de la prostate avec près de 50 000 nouveau cas par an, des 20 000 cancer du poumon diagnostiqués par an…

Conséquence du COVID sur les services de chirurgie cancérologique et d’endoscopie

endoscopieLe COVID étant passé par là, de nombreux hôpitaux et cliniques ont été contraints de fermer les blocs d’endoscopie, de chirurgie afin de les transformer en unité de réanimation COVID. Le constat est clair, diminution de plus de la moitié des gestes d’endoscopie depuis cette période. Parallèlement le nombre d’actes chirurgicaux de cancérologie a baissé de près d’un tiers et les activités de consultation en cancérologie de près de 50%. Certains cabinets de radiologie ont fermé pendant plusieurs semaines avant de ré-ouvrir en réduisant leur activité afin de se limiter aux seuls examens dits « urgents ». Mais qu’est-ce qu’un examen urgent ?

Les différentes sociétés savantes ont également émis des recommandations pour la prise en charge oncologique durant cette période de pandémie, conduisant une limitation au maximum au recours de la chirurgie pour réduire les passages et séjour en milieu hospitalier, notamment dans les situations où il existe une option alternative à la chirurgie 4.

SARS-CoV-2 et prise en charge des patients cancéreux

COVID-19 et Radiothérapie CANCERConcernant la prise en charge en radiothérapie, il est également préconisé de hiérarchiser les patients en fonction de leur stade de maladie, leur âge et/ou espérance de vie après évaluation auprès de l’oncologue radiothérapeute référent. Un grand nombre de traitement de cancer de prostate et de radiothérapie adjuvante de cancer du sein ont dû être différés dans un grand nombre de centre, considérés comme « non urgent », afin de limiter le risque de contamination des patients 5-7. Néanmoins, les traitements en cours de chimiothérapie et radiothérapie ont été pour la plupart maintenu grâce à l’effort de l’ensemble des professionnels médicaux et para-médicaux.

Parallèlement se mêle les consignes de confinement et la peur générée les médias du non-respect de ces règles. L’impact psychologique est tel que de nombreuses personnes ont préféré différer leur bilan de santé, repoussant leur consultation avec leur médecin traitant de « peur de déranger » ou de se mélanger en salle d’attente à d’autres patients potentiellement porteurs du COVID.

Il y a également ceux qui souffrent en silence, chez eux. Souffrance pouvant être causé par le développement d’un cancer ou la présence de métastases.

Malheureusement il est difficile de chiffrer de façon précise le nombre de cancer qui sont actuellement en train de se développer et qui ne seront diagnostiqués qu’une fois la sortie du confinement, si tant est que la personne ose « prendre le risque » de s’exposer à la population. Et oui le cancer ne s’arrête pas en cette période. On pourra se vanter d’avoir fait baisser l’incidence du cancer pendant cette années mais à quel prix ? Sachant que le pronostic de la plupart des cancers dépend de leur stade de détection, quel en sera l’impact en terme pronostic ?

Nous redoutons tous les conséquences des retards diagnostics et thérapeutique qui découlent de la situation actuelle. Combien de malade à des stades localement avancés ou métastatiques vont être diagnostiqués à la sortie du confinement ? Quel va être l’impact du la mortalité liée au cancer ? Sans compter l’impact psychologique pour les patients et leur entourage. Et si le COVID ne risque pas d’être responsable d’une surmortalité liée au cancer dans les prochaines années ?

Il est indispensable que tous les acteurs de santé restent mobilisés dans cette période de pandémie auprès des patients pour maintenir le niveau d’exigence, et de prise en charge nécessaire à leur guérison. Le cancer ne reste pas confiné pendant cette période, il est de notre responsabilité d’informer la population et d’être à l’écoute de nos patients pour leur offrir une qualité de soin optimal.

Dr Ilan DARMON, Radiothérapeute-Oncologue, Institut de Radiothérapie H. Hartmann

Dr Alain Toledano, Cancérologue, Président de l’Institut Rafaël Maison de l’Après Cancer

Sources :

1 : Santé publique France : https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/cancers/cancer-du-colon-rectum.

2 : Données globales d’épidémiologie des cancers : Institut National du Cancer ; MAJ Juillet 2019 ;  https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Les-chiffres-du-cancer-en-France/Epidemiologie-des-cancers/Donnees-globales

3 : Institut National du Cancer : https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Depistage-et-detection-precoce/Depistage-du-cancer-du-sein/Le-programme-de-depistage-organise

4 : Recommandations de la société francophone de chirurgie oncologique (SFCO) pour l’organisation de la chirurgie oncologique durant l’épidémie de covid-19 ; JM Classe et al. SFCO mars 2020 ; https://sfco.fr/actualites/

5 : Recommandations à l’usage des professionnels de l’oncologie radiothérapie ; SFR0 / SNRO / SFPM ; mars 2020 ; https://www.sfro.fr/index.php/documents/covid-19/93-covid-19-nouvelles-recommandation-sfro-20-03-2020

6 : Préconisations pour l’adaptation de l’offre de soins des établissements accueillant les patients atteints de cancer dans le contexte de l’épidémie de COVID-19 ; Institut National du Cancer ; MAJ avril 2020 : https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-sante/Coronavirus-COVID-19/Preconisations-pour-l-adaptation-de-l-offre-de-soins-des-etablissements-accueillant-les-patients-atteints-de-cancer

7 : Covid-19 : Cancérologie en phase épidémique, version 1, 25/03/2020 ; ARS ile de France.

E-liquide pas cher
Eliquide pas cher en ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici