L’incontinence touche des millions de personnes en France et bien que les attitudes changent, elle est toujours considérée comme une maladie embarrassante.

Tout d’abord observons les différents stades de remplissage de la vessie grâce à l’infographie suivante :

infographie incontinence urinaire

 

 

 

Nous vous proposons dans la suite de cet article six remèdes et méthodes naturels pour l’incontinence

La bonne nouvelle, c’est que pour de nombreuses personnes, l’incontinence peut être inversée, ce qui vous permet de reprendre le contrôle total de votre vessie.

Cependant, il est important de chercher de l’aide pour l’incontinence urinaire ou intestinale, surtout si son impact sur votre vie vous empêche de profiter pleinement de la vie. Il existe diverses options de traitement, y compris des médicaments dans certains cas.

L’incontinence urinaire est un problème qui peut être résolu dans de nombreux cas, mais il faut de la patience, des conseils, de l’exercice et quelques changements de mode de vie.

Six remèdes naturels peuvent vous aider à contrôler les fuites accidentelles d’urine, vous donnant la tranquillité d’esprit et la confiance une fois de plus.

1. Exercices du plancher pelvien

L’écoulement de l’urine de la vessie – plus important, lorsque l’urine est libérée – est contrôlé par un ensemble de muscles qui s’étendent de l’avant de votre corps jusqu’à la base de la colonne vertébrale.

Avec le temps, l’âge et la baisse de l’activité physique en général ces muscles peuvent s’affaiblir. L’accouchement, par exemple, peut étirer ou endommager le muscle, ce qui entraîne une incontinence temporaire après la naissance. Les muscles sont les mêmes chez les hommes et les femmes ; ces exercices peuvent être utilisés par toute personne souffrant d’incontinence urinaire.

Les exercices de type contracter et relâcher le plancher pelvien peuvent être effectués plusieurs fois par jour et peuvent être utiles pour le contrôle de la vessie. Cet exercice peut être fait en toute circonstance et en toute discrétion sans que votre entourage ne s’ne rende compte.



2. Entraînez votre vessie

Cela peut sembler simple, mais l’entraînement de votre vessie demande de la patience. Les produits d’incontinence peuvent également être utiles lors de la rééducation de la vessie et toujours demander conseil à un professionnel de la santé avant de commencer un programme de rééducation vésicale.

La clé est d’apprendre comment reporter l’urgence ou le besoin d’aller aux toilettes. Au début, essayez de retarder une visite aux toilettes de 5 minutes puis 10 minutes et augmentez graduellement ce temps jusqu’à 20 minutes. Les experts suggèrent d’aller aux toilettes toutes les quatre heures.

Tenir un journal du nombre de fois que vous allez aux toilettes peut vous donner beaucoup d’informations, ainsi que votre médecin ou votre infirmière spécialiste de l’incontinence. Il peut y avoir des moments où il n’est pas conseillé de retenir l’urine ou, lorsque l’on souffre de diverses maladies et conditions telles que la maladie de Parkinson, ce n’est tout simplement pas possible.

Il conviendra de discuter avec votre médecin traitant.

3. Magnésium

Le magnésium est un minéral important pour le bon fonctionnement des muscles et des nerfs. Un projet de recherche mené en Israël a montré que les femmes qui prenaient des comprimés d’hydroxyde de magnésium deux fois par jour présentaient une amélioration de leur incontinence urinaire.

Cependant, avant de commencer à prendre des suppléments de magnésium, vérifiez avec votre médecin s’ils sont appropriés, mais gardez à l’esprit que la meilleure façon d’augmenter les niveaux de magnésium dans le corps est de le faire naturellement.

Les aliments riches en magnésium comprennent les bananes, les épinards et les poissons gras comme le maquereau et le saumon. L’apport quotidien recommandé est de 400 mg.

4. Cesser de fumer

Il existe de nombreuses raisons pour lesquelles fumer est mauvais pour la santé et il est connu que la nicotine peut irriter la vessie.

Une étude a montré que les fumeurs étaient plus susceptibles de souffrir d’incontinence que les personnes qui ne fument pas. À long terme, les fumeurs ont tendance à tousser davantage que les non-fumeurs, ce qui soumet les muscles de la vessie et du plancher pelvien à un stress.

Par conséquent, l’incontinence urinaire à l’effort était courante chez de nombreuses personnes ayant besoin de produits d’incontinence pour les aider à gérer le problème.

5. Acupuncture

Pour les personnes souffrant d’une vessie hyperactive, une thérapie par acupuncture peut être d’une grande aide en fournissant l’équilibre dans votre corps.

De façon rassurante, bien qu’il ne s’agisse pas d’une solution rapide, les personnes qui ont eu recours à l’acupuncture constatent une amélioration considérable de leur incontinence après un traitement.

6. Diminuer la caféine

La caféine est connue pour exciter le cerveau. Plus précisément, il excite l’avant du cerveau et puisque c’est la partie qui contrôle la vessie, certains experts pensent que la caféine a la capacité d’exciter la vessie aussi.

Pour couronner le tout, la caféine est un diurétique connu, limitant ainsi votre consommation de caféine, ou la supprimant complètement, peut avoir un impact significatif sur l’incontinence par impériosité.

Dans le cas où les remèdes naturels ne suffiraient pas, si l’incontinence est fréquente ou affecte votre qualité de vie, il est important de consulter un médecin parce que l’incontinence peut être traiter médicalement.

Si vous souffrez dune affection plus importante qu’une incontinence, que vous êtes obligés de restreindre vos activités et vos interactions sociales ou encore dans le cas des personnes âgées si le fait de vous rendre aux toilettes en urgence augmente le risque de chute, aide à domicile à Paris vous conseille fortement de consulter votre docteur.

Celui-ci pourra vous proposer des traitements médicaux adaptés à votre situation et à vos antécédents médicaux. En effet, le traitement de l’incontinence urinaire dépend du type d’incontinence, de sa gravité et de la cause sous-jacente.

Une combinaison de traitements peut être nécessaire. Si une affection sous-jacente est à l’origine de vos symptômes, votre médecin traitera d’abord cette affection.

Votre médecin vous suggérera probablement les traitements les moins invasifs en premier et ne passera à d’autres options que si ces techniques échouent.

Traitements non invasifs de l’incontinence urinaire

Entraînement de la vessie, pour retarder la miction après l’envie d’uriner. Vous pouvez commencer par essayer d’attendre 10 minutes chaque fois que vous avez envie d’uriner. L’objectif est d’allonger le temps entre les sorties aux toilettes jusqu’à ce que vous uriniez seulement toutes les 2,5 à 3,5 heures.

La double miction, pour vous aider à apprendre à vider votre vessie plus complètement pour éviter l’incontinence par regorgement. La double miction signifie uriner, puis attendre quelques minutes et réessayer.

Planifier vos « pauses pipi » : aller aux toilettes, pour uriner toutes les deux à quatre heures plutôt que d’attendre d’avoir besoin d’aller aux toilettes.

Gestion des boissons et de l’alimentation : pour reprendre le contrôle de votre vessie. Vous devrez peut-être réduire ou éviter l’alcool, la caféine ou les aliments acides. La réduction de la consommation de liquides, la perte de poids ou l’augmentation de l’activité physique peuvent également atténuer le problème.

Dans le cas ou ces traitements non invasifs de l’incontinence urinaire il existe des traitements chirurgicaux.

Chirurgie et procédures pour l’incontinence à l’effort

Traitement de l’incontinence urinaire par colposuspension

La colposuspension consiste à faire une incision dans le bas-ventre, à soulever le col de la vessie et à la recoudre dans cette position soulevée.

Cette intervention peut aider à prévenir les fuites involontaires chez les femmes souffrant d’incontinence à l’effort.

Il existe 2 types de colposuspension :

La colposuspension rétropubienne ouverte

Cette intervention chirurgicale est pratiquée par une grande incision et consiste à soulever les tissus autour de la jonction entre la vessie et l’urètre.

colposuspension laparoscopique

cette chirurgie laparoscopique est réalisée à travers l’abdomen par une ou plusieurs petites incisions à l’aide de petits instruments chirurgicaux.

Les deux types de colposuspension offrent un traitement efficace à long terme pour l’incontinence à l’effort, bien que la colposuspension laparoscopique doive être effectuée par un chirurgien laparoscopique expérimenté.

Les problèmes qui peuvent survenir après la colposuspension comprennent la difficulté à vider complètement la vessie lorsqu’on va aux toilettes, les infections récurrentes des voies urinaires et l’inconfort pendant les relations sexuelles.

Procédures d’élingage

Les procédures de fronde consistent à pratiquer une incision dans le bas-ventre et le vagin afin de pouvoir placer une écharpe autour du col de la vessie pour la soutenir et prévenir les fuites accidentelles d’urine.

Agents gonflants urétrales

Un agent gonflant urétral est une substance qui peut être injectée dans les parois de l’urètre chez les femmes souffrant d’incontinence d’effort.

Ceci augmente la taille des parois urétrales et permet à l’urètre de rester fermé avec plus de force.

Un certain nombre d’agents de charge différents sont disponibles, et il n’y a aucune preuve que l’un soit plus bénéfique que l’autre.

Ce traitement est moins invasif que les autres traitements chirurgicaux pour l’incontinence à l’effort chez les femmes, car il ne nécessite habituellement pas d’incisions.

Au lieu de cela, les substances sont normalement injectées par un cystoscope inséré directement dans l’urètre.

Cependant, cette procédure est généralement moins efficace que les autres options disponibles.

L’efficacité des agents gonflants diminuera également avec le temps et vous aurez peut-être besoin d’injections répétées.

Beaucoup de femmes ressentent une légère sensation de brûlure ou de saignement lorsqu’elles urinent pendant une courte période après l’injection des agents gonflants.

Sphincter urinaire artificiel

Le sphincter urinaire est un anneau de muscle qui reste fermé pour empêcher l’urine de s’écouler de la vessie dans votre urètre.

Dans certains cas, il peut être suggéré que vous ayez un sphincter urinaire artificiel ajusté pour soulager votre incontinence.

Cette méthode tend à être utilisée plus souvent comme traitement pour les hommes souffrant d’incontinence à l’effort et n’est que rarement utilisée chez les femmes.

 

L’incontinence urinaire et le sport

Avoir des fuites urinaires lors d’un footing/course à pied reste fréquent.

En tant que femmes, nous sommes plus que conscientes que des soucis d’incontinence peuvent rendre notre vie quotidienne un peu plus complexe du simple fait de notre anatomie. Et quand il s’agit de courir, c’est doublement vrai.

Bien sûr, les hommes doivent eux faire face aux irritations et aux ampoules, mais ont-ils besoin de deux soutiens-gorge de sport pour garder leur poitrine sous contrôle ? Et reviennent-ils à la maison avec des sous-vêtements mouillés à cause de fuites urinaires ? si vous êtes une femme, il est fort probable que vous répondiez par un « non » catégorique à ces deux questions.

Bien que les fuites urinaires soient courantes chez les femmes sportives (surtout celles qui ont eu des enfants), cela ne rend pas l’expérience plus facile.  Il n’y a rien qui tue le plaisir de courir que de rentrer à la maison avec des sous-vêtements mouillés. Mais si vous avez des fuites lorsque vous courez, vous n’êtes pas la seule.  En fait, plus d’une femme sur trois de plus de 30 ans a des fuites urinaires.

Maintenant que vous savez pourquoi vous avez des fuites lorsque vous courez, que pouvez-vous faire exactement ?  Tout d’abord, la santé de votre plancher pelvien est de la plus haute importance. Votre plancher pelvien comprend tous les muscles qui contrôlent votre vessie, votre urètre, votre vagin, etc.

 

Les pertes urinaire consécutives à la pratique d’un sport

Il y a de fortes chances que vos fuites urinaires soient dues à une incontinence urinaire d’effort (« IUE »), qui n’est qu’une façon médicale de dire que votre vessie fuit un peu lorsqu’une pression supplémentaire s’exerce sur elle. Cette pression peut prendre la forme d’un éternuement, d’une toux, d’un saut, d’une course, d’une séance de yoga, de squats, etc. On en fait généralement l’expérience après avoir eu un enfant, mais cela peut aussi arriver progressivement avec l’âge, notamment à la ménopause.

Ce n’est pas la vessie qui cause le problème

L’urètre est entouré de fibres musculaires qui le maintiennent normalement fermé ; avec un plancher pelvien fort, cela permet de garder l’urine à l’intérieur de la vessie. Cependant, chez les femmes souffrant d’IUE, la pression exercée lors d’activités telles que la course à pied ou les éternuements peut exercer une pression sur la vessie. À ce moment-là, cette fraction de seconde, l’urètre affaibli ne peut pas rester fermé et des fuites se produisent. Pour les coureurs, ce problème est aggravé par le fait que l’événement de « stress » peut se produire plusieurs fois sur une courte période, en raison de la nature du sport et de la durée souvent longue de la course.

 

L’incontinence urinaire et le sport après 40 ans :40% des femmes concernées

Selon le site Runners’ World, jusqu’à 40 % des femmes de +40ans pratiquant la course à pied souffrent de fuites urinaires.

« Mais je suis en bonne santé ! Pourquoi moi ? » vous demandez vous.

La course à pied est un excellent moyen de rester en forme. C’est aussi un exercice à fort impact : à chaque coup de pied, vous frappez le sol avec une force égale à plusieurs fois votre poids corporel.

De nombreuses recherches ont été menées sur les effets de cette activité sportive sur nos genoux et nos pieds, mais pour les femmes en particulier, l’impact de la course a d’autres… effets sur notre corps. Il s’agit d’une pression importante exercée sur votre plancher pelvien – le réseau de muscles et de ligaments qui soutient vos intestins, votre vessie et votre utérus.

Si ces muscles ne sont pas assez en forme et forts, la course à pied peut les étirer et les affaiblir davantage, et argh une fuite urinaire. Un plancher pelvien faible peut donc provoquer une incontinence lors de la course à pied.

La faiblesse du plancher pelvien est très courante chez les femmes en général. La ménopause, la grossesse et les accouchements par voie vaginale, l’hystérectomie, l’obésité : tous ces facteurs peuvent entraîner un affaiblissement des muscles et rendre plus difficile le contrôle de l’élimination des déchets par notre corps.

Et lorsque les muscles pelviens perdent de leur force, non seulement vous augmentez les risques d’embuer votre short, mais vous perdez également une partie de la force centrale profonde qui fait de vous un coureur plus fort et plus résistant aux blessures.

Un plancher pelvien fort peut faire de vous un meilleur coureur.

Heureusement, le renforcement de votre plancher pelvien présente de sérieux avantages :

  1. Améliorer votre course. Votre plancher pelvien est la partie la plus profonde de votre tronc et contribue à stabiliser votre corps en mouvement. Un tronc solide vous aide à maintenir une forme correcte, ce qui vous permet d’engager plus facilement tous les muscles nécessaires pour vous propulser vers l’avant. Plus fort, plus efficace, moins enclin à se blesser à la hanche, au genou et au dos, voilà qui me convient !
  2. Prévenir l’incontinence et le prolapsus(descente d’organes). Outre l’incontinence urinaire, une personne souffrant d’une faiblesse du plancher pelvien peut également souffrir d’incontinence fécale (fuites de selles) et de prolapsus des organes pelviens. On parle de prolapsus lorsqu’un organe pelvien, comme la vessie, s’affaisse et descend même dans le canal vaginal ou l’anus. Le renforcement des muscles pelviens peut prévenir et même inverser le prolapsus pelvien.
  3. Profitez de meilleures relations sexuelles : le renforcement des muscles vaginaux (qui font partie de l’ensemble du réseau du plancher pelvien) peut augmenter le plaisir et la possibilité d’atteindre l’orgasme pendant les rapports sexuels. Un bonus en quelque sorte.

 

Renforcer le plancher pelvien afin d’éviter l’incontinence urinaire lors d’un footing

Les exercices comme les exercices de Kegel, qui permettent de le renforcer, sont donc essentiels.

Les exercices de Kegel sont le moyen idéal  de renforcer le plancher pelvien en comprimant et en relaxant les muscles vaginaux. Si vous avez déjà dû interrompre votre pipi au milieu du jet, ce sont ces muscles que vous avez sollicités. Contractez-les et maintenez-les pendant 5 secondes, puis relâchez-les. Répétez. Essayez de faire jusqu’à 10 séries, plusieurs fois par jour.

Il est encore plus important de faire les exercices de Kegel correctement que de les faire tout court. Nous vous recommandons vivement de demander à un professionnel de la santé de vous expliquer la manière correcte de faire un kegel, car de nombreuses femmes pensent qu’elles le font correctement, mais ne le font pas.  Les exercices du plancher pelvien peuvent aider à réduire la durée et la gravité des fuites urinaires et constituent votre meilleure chance de vous en débarrasser définitivement.

Vous pouvez également vous procurer des appareils très cool d’aide aux exercices de Kegel. Ils vous aident à cibler les bons muscles et à les faire travailler correctement en fournissant des informations en retour sur votre téléphone ou votre tablette. Vous pouvez aussi préférer une solution non technologique, comme les œufs d’exercice ou les balles de Kegel portables. Quel que soit le dispositif utilisé, vous devez utiliser un lubrifiant à base d’eau et sans silicone.

Il existe également des chaussures que vous pouvez porter pour lutter contre l’incontinence pendant la course.

Si les problèmes du plancher pelvien persistent, ou si vous ressentez des douleurs pelviennes, consultez un professionnel de la santé.

E-liquide pas cher
Eliquide pas cher en ligne

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.