Les Cancers et leur impact chez les seniors de +75 ans

0
55
Cancer chez les plus de 75 ans
Les Cancers et leur impact chez les seniors de +75 ans
5 (100%) 4 votes

Le cancer chez les personnes âgées continue faire des ravages, voici quelques points clés pour démarrer :

  • L’âge augmente considérablement le risque de contracter un cancer. Chez les personnes âgées, d’autres risques liés au mode de vie sont aussi à prendre en compte.
  • Le cancer à un stade précoce peut souvent être opéré même si le patient est âgé. La chirurgie peut améliorer la qualité de vie du patient, même si l’objectif n’est pas de prolonger sa vie.
  • La chimiothérapie et la radiothérapie génère souvent des effets secondaires plus fréquents et plus graves chez les personnes âgées (+75 ans) que chez les populations plus jeunes atteintes de cancers. Les patients âgés se rétablissent également plus lentement des traitements.

L’augmentation du nombre de cas de cancer au cours des dernières années est en grande partie attribuable au fait que les gens vivent plus longtemps. Les facteurs de risque des cancers peuvent augmenter le risque de contracter le risque de contracter la maladie chez les personnes âgées.

1. La vie se prolonge, les cancers augmentent

L’espérance de vie moyenne de la population n’a cessé de s’allonger.  Les avancées de la médecine ont un impact direct sur la bonne santé des populations qui s’est améliorée depuis la fin de la 2nd guerre mondiale à mesure que l’éducation et les revenus augmentaient.

L’espérance de vie en France est actuellement de 79 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes. On pense que l’âge maximum qu’un être humain peut atteindre se situe entre 115 et 125 ans.

Beaucoup de personnes âgées sont indépendantes et en bonne santé, et mènent une vie active. Se faire diagnostiquer avec un cancer est une expérience difficile quel que soit l’âge, les personnes âgées restant LA population la plus exposée.

Les cancers les plus courants chez les hommes âgés sont les cancers de la prostate, du poumon et les cancers gastro-intestinaux. Les cancers les plus courants chez les femmes âgées sont les cancers du sein, gastro-intestinaux, pulmonaires et gynécologiques.

 

2. Le cancer comme cause de décès principale chez les plus de 75 ans

Le cancer est la cause de décès la plus fréquente dans le monde.

Le cancer du poumon est le cancer mortel le plus fréquent chez les hommes de plus de 75 ans. Le deuxième cancer le plus fréquent est le cancer de la prostate et le troisième est le cancer du pancréas. Chez les femmes de plus de 75 ans, le cancer du pancréas est le cancer mortel le plus fréquent, le cancer du poumon vient au deuxième rang et le cancer du sein au troisième rang.
Des cancers de la peau, en particulier des carcinomes basocellulaires et squameux, surviennent souvent chez les personnes âgées, mais ils ne causent pas de mortalité.



 

3. Pronostic des patients cancéreux de +75ans

Le taux de survie moyen à cinq ans chez les patients atteints d’un cancer diagnostiqué à 75 ans ou plus est de 61 % chez les hommes et de 53 % chez les femmes. Le taux de survie plus élevé chez les hommes est principalement attribuable au fait que le cancer de la prostate, qui a un taux de survie relative de près de 90 %, est fréquent chez les hommes âgés. Cependant, seulement 56 % des patients atteints du cancer de la prostate sont en vie après cinq ans, car beaucoup meurent de causes autres que le cancer. En particulier, la survie dans le lymphome non hodgkinien, le cancer de la prostate et le mélanome cutané a augmenté dans les années 2000.

 

4. Facteurs de risque des cancers chez les +75 ans

L’âge en soi augmente considérablement le risque de cancer. D’autres risques associés au mode de vie s’accumulent également chez les personnes âgées. Toutefois, il n’est jamais trop tard pour modifier son mode de vie. Ainsi, cesser de fumer, limiter la consommation d’alcool, favoriser une alimentation riche en légumes, contrôler son poids et faire de l’activité physique peuvent être recommandés aux personnes âgées.

Un mode de vie sain améliore globalement la santé générale, ce qui aide les personnes âgées à maintenir un meilleur bien-être. Une bonne condition générale et la force musculaire, l’indépendance, ainsi que le contrôle du diabète et de la tension artérielle peuvent jouer un rôle décisif en faveur d’un traitement actif.

 

5. Les méfaits des traitements contre le cancer

Traitements anti cancerLe cancer à ses premiers stades peut habituellement être guéri par la chirurgie et le traitement d’appoint, quel que soit l’âge du patient. Le diagnostic précoce du cancer est également important chez les personnes âgées. Même si un patient est très âgé et souffre d’autres maladies, le cancer à un stade précoce peut souvent être opéré. La chirurgie peut améliorer la qualité de vie du patient, même si l’objectif n’est pas de prolonger sa vie.

Une attention particulière est portée à l’évaluation de l’admissibilité des personnes âgées aux opérations. La radiothérapie et les traitements médicaux administrés après l’intervention chirurgicale réduisent le risque de propagation du cancer. Ces traitements adjuvants peuvent causer des dommages temporaires, mais malgré cela, il est plus facile pour les patients âgés de vivre avec d’autres maladies sans cancer métastatique. De nombreuses particularités sont associées au traitement du cancer chez les personnes âgées.

Il existe peu de recherches sur les traitements anti-tumoraux et radiothérapeutiques chez les personnes âgées de plus de 75 ans, car la plupart des essais cliniques n’ont pas inclus de patients âgés de plus de 65 ans. Ainsi, par exemple, la chimiothérapie a été évitée chez les patients de plus de 65 ans. Les traitements actuels sont fondées sur des analyses d’études par sous-groupes ou sur des recommandations d’experts, et pas nécessairement sur des essais randomisés. Dans les études cliniques récentes, les patients n’ont généralement plus de limite d’âge supérieure, mais ils sont sélectionnés en fonction de leur état général, de sorte que d’autres maladies ont été exclues et que l’activité des reins, du foie, du cœur et des poumons est dans des limites normales.

C’est pourquoi nous commençons progressivement à accumuler des données sur le traitement des patients âgés atteints de cancer. Les traitements oncologiques comme la chimiothérapie et la radiothérapie causent généralement plus de tort aux personnes âgées qu’aux plus jeunes. Ces méfaits sont également plus graves chez les patients âgés. D’autre part, l’âge biologique ne reflète pas nécessairement les possibilités du patient de faire face, par exemple, à une chimiothérapie d’appoint. Si le patient n’a pas d’autres maladies, le plan de traitement peut, au moins au début, être préparé de la même manière que pour les patients plus jeunes. L’effet des traitements médicamenteux et de la radiothérapie est susceptible d’être le même quel que soit l’âge.

D’autres maladies chez les personnes âgées – comme le diabète, les maladies vasculaires et l’insuffisance rénale – augmentent le risque d’infections, d’anémie, de nausées, de dépression et d’épuisement. Les patients âgés se rétablissent également plus lentement des traitements. Quelques semaines au lit peuvent altérer l’état général des personnes âgées, de sorte qu’elles ne peuvent plus se rétablir complètement. Pour trouver l’équilibre entre les avantages et les inconvénients du traitement des personnes âgées, il faut trouver un équilibre entre le sur-traitement et le sous-traitement.

Dans le cadre d’un traitement à long terme du cancer, il est souvent important que le patient reçoive le soutien et les soins de ses proches. Si le patient n’a pas d’amis proches ou de famille, le traitement peut être difficile, voire impossible. L’évaluation gériatrique et psychosociale effectuée avant le traitement aide à choisir la thérapie appropriée. La durée de vie restante du patient peut être évaluée en fonction de son autonomie dans ses activités quotidiennes, du nombre de maladies dont il souffre en plus du cancer à traiter et de son état nutritionnel.

La démence et les troubles de la mémoire peuvent prévenir le traitement parce que le traitement du cancer exige des compétences de compréhension et de coopération. Le patient doit également avoir une attitude positive sur le traitement, car personne ne peut être traité contre sa volonté.

 

6. Cancer de la prostate chez les personnes âgées

Prostate et appareil reproducteur masculinEnviron un tiers des diagnostics de cancer de la prostate sont donnés à des patients de plus de 75 ans. Le cancer de la prostate se développe habituellement lentement et environ 90 % des patients sont en vie cinq ans après le diagnostic. Selon des études, le cancer de la prostate latent et asymptomatique survient même chez environ 60 % des hommes de plus de 80 ans.

Le cancer de la prostate est la deuxième cause de mortalité par cancer dans le groupe d’âge de plus de 75 ans. Si le cancer est confiné à la prostate et ne s’est pas propagé plus largement, une intervention chirurgicale importante ou une radiothérapie locale sera considérée comme un traitement. La technologie chirurgicale et la mise en œuvre technique de la radiothérapie ont évolué de telle sorte que les complications graves qu’elles causent, comme les problèmes urinaires et intestinaux, ont été réduites. La chirurgie exige que le patient soit dans un meilleur état général que la radiothérapie, et c’est pourquoi la radiothérapie est souvent choisie pour traiter les patients âgés.

Le cancer de la prostate métastatique, à son tour, est traité par hormonothérapie, ce qui peut maintenir la propagation du cancer aux os asymptomatique pendant de nombreuses années. Les traitements de chimiothérapie exigent que le patient soit en assez bon état général, de sorte qu’ils ne conviennent pas aux personnes très âgées ou aux patients atteints de maladies multiples. L’hormonothérapie n’entraîne pas de dommages soudains et graves, mais peut être associée à l’ostéoporose, à la transpiration, à la perte de tonus musculaire et à un risque accru de maladie cardiovasculaire.

 

7. Le cancer du sein chez les personnes âgées

Le cancer du sein chez les personnes âgées est rarement un sous-type biologiquement agressif, mais le taux de mortalité par cancer du sein est néanmoins plus élevé chez les personnes âgées que chez les jeunes. Cela s’explique en partie par le fait que le cancer a souvent progressé plus largement chez les patients âgés au moment où il est diagnostiqué. Dans le cancer du sein, le pronostic est particulièrement bon s’il est diagnostiqué à un stade précoce. Le cancer du sein peut généralement être opéré normalement, quel que soit l’âge. L’examen des aisselles se concentre autour des ganglions sentinelles, ce qui ne présente aucun risque pour le patient.

Dans le passé, il était d’usage d’enlever tout le sein d’une patiente âgée sur une base beaucoup plus légère afin de l’épargner de la radiothérapie. Aujourd’hui, la radiothérapie peut être dispensée selon un cycle de traitement court de trois semaines, au lieu du cycle précédent de cinq semaines. La technique de contrôle actif de la respiration permet également de minimiser la dose de rayonnement reçue par le cœur.

Aujourd’hui, les avantages et les inconvénients de la mastectomie et de la chirurgie mammaire peuvent être envisagés avec le patient âgé. Des traitements adjuvants sont également utilisés après la chirurgie, ce qui réduit le risque de récidive du cancer du sein. Une hormonothérapie de cinq ans avec des comprimés peut habituellement être amorcée chez les patients plus âgés. Il existe de nombreuses options en chimiothérapie, et elles peuvent également être envisagées en fonction du sous-type biologique du cancer du sein. Si le cancer du sein s’est propagé, les médicaments hormonaux peuvent ralentir sa progression et soulager les symptômes. Il existe un certain nombre de chimiothérapies différentes, qui sont administrées individuellement.

Cependant, les inconvénients de la chimiothérapie, comme l’anémie, l’irritation des muqueuses et la fatigue, sont souvent pires que les symptômes causés par le cancer, surtout si la douleur est soulagée par des analgésiques.

 

 

En conclusion

La bonne nouvelle est que le taux de survie des victimes du cancer est en hausse. En 1976, le taux de survie – cinq ans – pour tous les types de cancer était de 50 %. Aujourd’hui, ce taux est de 74 % pour le cancer de la vessie, 75 % pour le cancer du sein, 69 % pour la prostate et 51 % pour le cancer du côlon. De plus, les traitements actuels ne sont plus ce qu’ils étaient : des vaccins sont à l’essai pour le cancer de l’ovaire, le cancer du poumon, le cancer du pancréas et le mélanome. La radiothérapie a également changé. Ils utilisent maintenant la radiothérapie tridimensionnelle qui envoie de fortes doses de radiation aux tumeurs réelles tout en évitant les tissus sains.

Lorsqu’une personne âgée de votre entourage reçoit un diagnostic de cancer, ne laissez pas leur âge devenir un facteur dans le traitement, et assurez-vous de faire appel à des groupes de soutien pour obtenir un soutien affectif au besoin. C’est un diagnostic difficile, mais personne ne devrait le vivre seul.