Collectionneurs d’art Paris vs Londres : quelle capitale remporte le duel ?

0
569
Collectionneurs d'art à Paris
5/5 - (1 vote)

Londres contre Paris : l’histoire de deux pôles artistiques. Nous savons comment cette rivalité historique est censée se dérouler. Londres hébergeant de multiples milliardaires délocalisés et les ventes aux enchères à gros prix, Paris le pedigree artistique. Londres est la ville de l’art contemporain d’avant-garde, Paris celle du contemporain classique. Londres est cool, Paris est chic. Et ainsi de suite.

Le marché de l’art mis à mal par le Brexit

Mais beaucoup de choses se sont produites au cours des six dernières années pour ébranler ces suppositions. Le vote de 2016 de la Grande-Bretagne pour quitter l’Union européenne, mettant fin à la libre circulation des marchandises entre le Royaume-Uni et le plus grand bloc commercial du monde, a porté préjudice au marché de l’art londonien. L’année dernière, la part du Royaume-Uni dans les ventes aux enchères mondiales est tombée à 13 %, contre 18 % en 2019, selon le dernier rapport Art Basel/UBS Art Market. Les ventes aux enchères équivalentes en France en 2021 ont bondi de 6 % à 9 %.

Une fois que les marchands basés à Londres ont été accablés par les nouveaux tarifs, la bureaucratie et les frais d’expédition liés au Brexit, Paris est devenu l’alternative logique pour les galeries internationales. David Zwirner, Skarstedt, Mariane Ibrahim, Galleria Continua, White Cube et Gagosian ont tous ouvert de nouvelles succursales dans la capitale française, et Hauser & Wirth y ouvrira l’année prochaine.

Au moins pendant la saison des foires d’octobre, Londres a toujours Frieze, le centre commercial d’art contemporain le plus cool d’Europe sous une tente. Mais aujourd’hui, la Foire internationale d’art contemporain (Fiac) de Paris, vénérable mais moins commerciale, a été remplacée (pour l’instant, également sous une tente) par la très attendue Paris+, organisée par Art Basel, la plus grande et la plus chic des franchises de foires d’art du monde.

Lire aussi notre article sur le Salon de l’Automobile 2022 

 

Paris pourra-t-elle ravir la couronne du marché de l’art à Londres ?

Dans les années 2010, ces prestigieuses foires londoniennes et parisiennes étaient séparées par une semaine d’interruption, ce qui ne permettait pas aux visiteurs long-courriers d’assister aux deux événements. Aujourd’hui, Frieze London et Paris+ se tiennent consécutivement. De plus, le dollar américain a atteint sa valeur la plus élevée depuis des décennies, tant par rapport à la livre que par rapport à l’euro.

 

L’art Parisien reste une marque de fabrique exceptionnel

L’ouverture de la Fondation Louis Vuitton et de la Bourse de Commerce, deux musées privés exceptionnels fondés respectivement par les méga-collectionneurs Bernard Arnault et François Pinault, a donné une dimension supplémentaire à la scène artistique parisienne. Il en va de même pour l’arrivée de nombreuses et prestigieuses concessions internationales dans la ville, selon Cécile Verdier, la présidente de Christie’s France.

« Cela a encouragé les collectionneurs à passer plus de temps à Paris », dit-elle, ce qui a eu pour effet d’augmenter la demande dans les ventes aux enchères de la ville. En juin, la vente en direct par Christie’s de l’opulente collection Hubert de Givenchy d’art du 20e siècle et de mobilier du 18e siècle a rapporté 114,4 millions d’euros, soit plus du double de l’estimation basse avant la vente. Vingt lots ont été vendus pour plus d’un million d’euros, dont beaucoup ont été achetés par des clients asiatiques.

Sotheby’s emménagera l’année prochaine dans un siège parisien agrandi de 3 500 m2 au 83 rue du Faubourg Saint-Honoré. La société s’attend à ce que la vente, ce mois-ci, du contenu opulent de l’Hôtel Lambert, la maison du Cheikh Hamad bin Abdullah Al Thani, rapporte au moins 50 millions d’euros. Bonhams s’est également développé à Paris, ayant récemment acquis la maison de vente aux enchères française Cornette de Saint-Cyr.

Le spécialiste de l’information sur le marché de l’art Artprice rapporte que les maisons de vente aux enchères parisiennes ont affiché des performances exceptionnellement fortes au premier semestre 2022, avec des ventes chez Artcurial en hausse de 42% et Aguttes en hausse de 154%.

Mais malgré cette résurgence culturelle et commerciale, Paris, pour le moment du moins, n’a toujours pas la force de profondeur de Londres, qui compte des marchands contemporains très réputés qui reconnaissent et soutiennent les talents artistiques sérieux. Une succursale de Gagosian ou de David Zwirner est une chose, mais trouver les équivalents parisiens de Sadie Coles, Thomas Dane, Josh Lilley, Stuart Shave et Carlos Ishikawa en est une autre.

« Il y a beaucoup plus d’activité et de galeries à fréquenter à Londres », explique la conseillère en art Candace Worth, basée à New York et spécialisée dans le marché « primaire » des nouvelles œuvres achetées directement auprès des marchands.

Lire aussi notre article d’idée de sorties à Paris lors de votre prochaine virée touristique

Mais la scène londonienne de l’art contemporain a-t-elle encore son mojo grinçant maintenant que les YBA ont atteint l’âge mûr, que Frieze appartient à un conglomérat américain et que le coût onéreux de la fréquentation des prestigieuses écoles d’art britanniques dissuade les étudiants doués issus de milieux moins aisés ?

La nouvelle secrétaire à la culture du dernier gouvernement conservateur britannique est Michelle Donelan, qui en janvier, en tant que ministre des universités, s’est engagée à « éradiquer »les cours qui n’offraient pas de progression vers des emplois de diplômés bien rémunérés. En 2018, une recherche de l’Institute of Fiscal Studies, financée par le gouvernement britannique, a conclu que l’étude des arts créatifs semblait entraîner « des revenus plus faibles à l’âge de 29 ans que le fait de ne pas aller du tout à l’université ». Le financement public des diplômes d’art et de design au Royaume-Uni a été réduit de 50 % l’année dernière. Le récent renflouement massif des compagnies d’énergie britanniques par le gouvernement britannique va probablement accentuer la pression sur l’éducation artistique et le secteur culturel en général.

 

De la culture à la guerre des cultures

Le gouvernement français, en revanche, voit une valeur sociale et économique dans les arts créatifs. En octobre dernier, pendant la semaine de ce qui s’est avéré être la dernière foire d’art de la Fiac, le président Emmanuel Macron a invité 200 marchands et artistes à une réception au palais de l’Élysée pour les remercier d’avoir fait de Paris le centre du monde de l’art.

Lire aussi les bons plans pour voyager pas cher depuis Paris

Il est difficile d’imaginer le Premier ministre Liz Truss accueillir un événement similaire pendant la semaine de Frieze. Aujourd’hui, lorsque les conservateurs britanniques de pure souche pensent à la culture, ils pensent aux guerres culturelles.

Londres et Paris sont toutes deux de grandes villes avec des scènes artistiques extraordinairement riches. Mais la Grande-Bretagne post-Brexit, avec son économie en déclin pilotée par une forme impitoyable de capitalisme néolibéral extractif, qui méprise les valeurs libérales et la créativité qu’elles encouragent, est-elle le genre d’endroit que les gens qui se soucient de l’art veulent visiter ?

« Les temps ont changé. Londres est devenue une ville lointaine, bardée de conservateurs commercialisés », déclare André Gordts, un collectionneur belge qui avait un appartement à Londres et qui était un visiteur régulier de la foire Frieze. Il est désormais installé à Bruxelles.

E-liquide pas cher
Eliquide pas cher en ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici