Après une seule dose du vaccin Pfizer-BioNTech, les hospitalisations ont diminué de 92 %, selon une étude israélienne

Le vaccin contre la Covid-19 de Pfizer Inc. et BioNTech s’est révélé extrêmement efficace contre le virus dans une étude qui a suivi près de 1,2 million de personnes en Israël, des résultats qui, selon les experts de la santé publique israélienne, montrent que les vaccinations pourraient mettre fin à la pandémie.

Deux doses du vaccin ont permis d’éviter 94% des cas de Covid-19 chez pres de 600. 000 personnes vaccinées entre le 20 décembre 2020 et le 1er février 2021, dont environ un quart avait plus de 60 ans, ont indiqué des équipes de la caisse d’assurance maladie Clalit et de l’Université de Harvard dans une étude publiée mercredi dans le New England Journal of Medicine.

Les chercheurs ont associé chaque personne vaccinée à une personne qui n’avait pas reçu de vaccin, ce qui a permis d’analyser au mieux si les résultats extrêmement positifs d’un essai clinique antérieur pourraient être appliqués dans le monde réel. Le vaccin Pfizer-BioNTech a permis de surmonter tous les obstacles. Il a été tellement efficace que des experts extérieurs ont déclaré qu’avec une utilisation suffisamment large, il pourrait être possible de stopper la pandémie.

Selo certains observateurs, aux niveaux d’efficacité observés en Israël, la vaccination d’environ 60 à 70 % de la population devrait suffire à prévenir les infections ainsi que la maladie et la mort et avoir les meilleures chances de reprendre une vie normale et d’ouvrir la société.

Prévention de la transmission de la COVID-19

Après deux doses, le vaccin était tout aussi efficace pour les adultes de 70 ans et plus que pour les jeunes. Il semblerait que le vaccin soit un peu moins efficace pour les personnes souffrant de maladies comme l’hypertension et le diabète. Mais les bénéfices sont restés importants, avec une protection de 89 % contre les symptômes de la Covid sept jours après la deuxième dose.

Et pour la plupart des gens, la protection était déjà significative deux à trois semaines après la première dose.

Source et crédit  : https://actualitefrance.com/ 

Les résultats ont également été positifs pour une autre caractéristique étroitement surveillée : la prévention de la transmission. Bien que l’équipe de recherche ait noté que l’étude n’était pas conçue pour étudier la transmission, parce que les participants n’ont pas été testés de manière proactive, il semble qu’il y ait eu un effet : 92 % de toutes les infections documentées, y compris celles qui étaient asymptomatiques, ont été évitées chez les personnes vaccinées.

« Nous sommes en mesure d’obtenir une mesure réelle de l’efficacité des vaccins », a déclaré Ben Reis, co-auteur de l’étude et directeur du groupe de médecine prédictive à l’hôpital pour enfants de Boston et à Harvard.

Il s’agit de la plus grande étude jamais réalisée pour quantifier l’impact du vaccin en dehors des limites rigoureuses d’un essai clinique randomisé et en aveugle visant à mesurer l’efficacité pour les organismes de réglementation. Cela a permis aux chercheurs de voir si un écart par rapport aux calendriers de vaccination ou des problèmes de logistique pour le vaccin, qui doit être stocké à l’état congelé, pourraient modifier les résultats.

Données sur les variants de la COVID-19

Il est important de noter qu’à la fin de la période étudiée, jusqu’à quatre cinquièmes des infections en Israël étaient dues au variant plus infectieux du virus identifiée pour la première fois au Royaume-Uni.

Les résultats de la nouvelle étude suggèrent que « le vaccin offre au moins une certaine protection contre ce variant également », a déclaré Zoe McLaren, professeur associé à l’École de politique publique de l’Université du Maryland, dans le comté de Baltimore. Mme McLaren, qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré que certaines sources de biais, telles que les différences dans les taux de test ou le risque d’exposition, pourraient subsister entre les personnes qui ont été vaccinées et celles qui ne l’ont pas été. Mais la conclusion reste inchangée, a déclaré M. McLaren.

« C’est une très bonne nouvelle », a-t-elle déclaré. « Les implications de cette étude sont claires : des niveaux élevés de vaccination dans la population réduiront la transmission et maintiendront les cas à un faible niveau ».

L’étude est la dernière d’une série de résultats positifs obtenus en Israël, qui a le taux de vaccination par Covid-19 le plus élevé au monde. Dans un effort pour obtenir une comparaison aussi bonne que possible, les organisateurs ont cherché à jumeler chaque personne vaccinée avec une personne non vaccinée aussi semblable que possible.

Par exemple, un homme d’un certain quartier, avec un certain nombre de vaccinations contre la grippe au cours des cinq dernières années et deux autres conditions médicales, serait jumelé avec un autre homme ayant à peu près le même âge, le même quartier, et avec le même nombre de vaccinations et de conditions médicales antérieures, a déclaré Noa Dagan, directrice des données et de la médecine basée sur l’IA chez Clalit.

« C’est très, très spécifique afin de s’assurer que c’est vraiment ce que nous appelons échangeable », a déclaré Mme Dagan. « Comme vous pouvez l’imaginer, ce processus n’est pas si facile ».

Trouver ces correspondances sera d’autant plus difficile que la campagne de vaccination israélienne se poursuit, réduisant ainsi le nombre de comparateurs potentiels non vaccinés, a-t-elle déclaré. Mais les chercheurs prévoient de continuer aussi longtemps que possible, avec d’autres mises à jour de données prévues.

E-liquide pas cher
Eliquide pas cher en ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici