Le 29 février 2020, le premier décès américain lié à la Covid-19 était annoncé. Un an plus tard, le coronavirus a fait plus de 500.000 victimes. Un cauchemar de cette ampleur semblait plus qu’improbable il y a tout juste un an.

Ce chiffre d’un demi-million de vies américaines perdues à cause de la Covid-19 est supérieur au nombre d’Américains tués pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les victimes de cet ennemi silencieux étaient âgées ou jeunes, de tous les milieux et de tous les coins du pays.

Le président Joe Biden a pris la parole lors d’une cérémonie de recueillements pour marquer cette triste étape.

« En tant que nation, nous ne pouvons pas accepter un sort aussi cruel. Nous luttons contre cette pandémie depuis si longtemps. Nous devons résister à l’engourdissement de la douleur », a déclaré le Président. « Nous devons résister à l’idée de considérer chaque vie comme une statistique, un flou ou une information. Nous devons le faire pour honorer les morts, mais aussi pour prendre soin des vivants, de ceux qu’ils ont laissés derrière eux ».

Mr Biden a également participé à une minute de silence, debout devant 500 bougies allumées à l’extérieur de la Maison-Blanche, rejoint par la première dame Jill Biden, la vice-présidente Kamala Harris ainsi que son époux, Mr Doug Emhoff.

Un drapeau au sommet de la Maison-Blanche et des drapeaux au Capitole américain ont été mis en berne lundi 22 février dans l’après-midi.

La pandémie est loin d’être terminée puisque plus de 1.200 décès américains supplémentaires ont été signalés lundi.

Mais les Américains peuvent en orienter le cours et aider à éviter que de nombreuses autres familles ne souffrent d’un chagrin inconsolable.

 

Les grands défis à venir

Cependant, à mesure que le nombre de nouveaux cas et d’hospitalisations diminuent, les rapports sur les variantes hautement contagieuses augmentent.

« Je suis inquiet pour cette variante, la variante B.1.1.7 (découverte pour la première fois au Royaume-Uni) », a déclaré le Dr Peter Hotez, doyen de l’École nationale de médecine tropicale du Baylor College of Medicine.

« Si cela prend le dessus, les chiffres vont recommencer à grimper en flèche. Si nous ne parvenons pas vacciner avant, il n’y aura pas de fin à cette spirale de morts ».

Mais alors que le nombre de vaccinations augmente lentement, certains Américains disent qu’ils ne recevront pas de vaccin Covid-19, ce qui réduit les chances d’immunité collective et empêche un retour à la vie normale.

 

Où se placent les Américains avec la vaccination ?

Selon les centres américains de contrôle et de prévention des maladies, plus de 44,1 millions d’Américains ont reçu au moins une première dose du vaccin.

Campagne de vaccination anti Covid-19Environ 19,4 millions d’entre eux ont été entièrement vaccinés. Cela représente environ 5,9 % de la population américaine, soit bien moins que les 70 à 85 % d’Américains qui, selon les estimations, devraient être immunisés pour obtenir une immunité collective.

Certains États sont toujours aux prises avec des retards de vaccination après les intempéries qui ont frappé une grande partie du pays la semaine dernière.

Mais les États-Unis seront probablement rattrapés d’ici le milieu de la semaine, a déclaré le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses.

« Il est évident que c’est un revers, car vous aimeriez voir un flux constant de personnes vaccinées, mais nous pouvons encore rattraper le temps perdu », a déclaré Mr Fauci à NBC.

Pour accélérer les vaccinations, certains experts ont suggéré de retarder les deuxièmes doses de vaccin afin d’injecter la première dose à davantage d’Américains.

Les deux vaccins disponibles sur le marché américain, développés par Pfizer-BioNTech et Moderna, nécessitent deux doses, dont la seconde est destinée à être administrée respectivement 21 jours et 28 jours après la première.

Le Docteur Fauci a déclaré à CNN dimanche que les États-Unis respectent actuellement le calendrier de vaccination, qui est étayé par des données provenant d’essais cliniques.

« La science indique directement qu’il faut continuer avec ce que nous savons … de l’essai clinique », a-t-il dit.

 

Bonnes nouvelles (pour l’instant) sur les cas d’infections et les hospitalisations

Au niveau national, les taux de nouveaux cas de Covid-19, d’hospitalisations et de décès sont en baisse.

Le nombre de patients hospitalisés à cause de la Covid-19 a diminué pour le 40e jour consécutif, selon les experts du projet de suivi COVID.

Baisse des infections et des hospitalisations liés à la covid-19

La FDA (Food and Drug Administration) suit de très près les statistiques relatifs aux cas de contamination liés aux différents variants de la Covid-19.

Le nombre de décès quotidiens a diminué de 24 % la semaine dernière par rapport à la semaine précédente, selon les données de l’université Johns Hopkins.

Le Dr Rochelle Walensky, directrice du CDC (Centre de contrôle et de prévention des maladies), a annoncé lundi dernier des chiffres encourageants en ce qui concerne la diminution des nouveaux cas, des décès et des admissions à l’hôpital, mais elle a également fait preuve de prudence.

Lors d’une réunion d’information du groupe de travail de la Maison-Blanche sur le coronavirus qui s’est tenue avant la mise à jour du bilan des décès, Mme Walensky a noté la baisse du taux de mortalité, mais a déclaré que le nombre total de décès dus à la Covid-19 est « un rappel vraiment tragique de l’énormité de cette pandémie et de la perte qu’elle a infligée à nos vies personnelles et à nos communautés ». Bien que la pandémie aille dans la bonne direction, il reste encore beaucoup de travail à faire ».

Selon le CDC, environ 1.700 cas de souches de variants de coronavirus, d’abord détectés au Royaume-Uni, en Afrique du Sud et au Brésil, ont été signalés aux États-Unis.

Mais ce chiffre est probablement très éloigné du nombre réel de cas de variantes aux États-Unis, puisque ce pays est à la traîne par rapport à des dizaines d’autres pays en matière de séquençage du génome de la Covid-19.

Walensky a déclaré que les États-Unis ont accéléré le séquençage pour trouver des variantes et qu’ils continueront à le faire.

La grande majorité des cas de variantes jusqu’à présent concernent la variante B.1.1.7, hautement contagieuse, détectée pour la première fois au Royaume-Uni.

Des experts de l’Institut de métrologie et d’évaluation de la santé (IHME) de l’Université de Washington ont déclaré ce week-end que si la souche B.1.1.7 représente probablement moins de 20 % des infections actuelles aux États-Unis, ce chiffre devrait atteindre 80 % d’ici la fin avril.

 

Ce n’est pas le moment de baisser la garde

Ce qui se passe ensuite dépend en grande partie de la responsabilité personnelle et du nombre de personnes qui se font vacciner, a déclaré l’équipe de l’IHME (Institute for Health Metrics and Evaluation – Institut d’analyses et d’évaluation de la santé).

« La gestion de l’épidémie au cours des quatre prochains mois dépend essentiellement de l’intensification de la vaccination, de la volonté d’augmenter la proportion d’adultes désireux de se faire vacciner au-delà des trois quarts, et de la volonté d’encourager fortement le maintien du port du masque et d’éviter les situations où la transmission est probable, comme les repas à l’intérieur, les sorties dans les bars ou les réunions à l’intérieur avec des personnes extérieures au foyer », a écrit l’équipe.

L’American Medical Association, l’American Hospital Association et l’American Nurses Association ont également plaidé pour que les Américains contribuent à enrayer la pandémie.

Importance de porter le masque contre la covid-19« Avec les nouvelles variantes du virus, plus contagieuses, qui circulent dans tous les États-Unis, ce n’est pas le moment de baisser la garde et de réduire les mesures qui, nous le savons, permettront d’éviter d’autres maladies et décès – porter des masques, pratiquer l’éloignement physique et se laver les mains », selon une déclaration commune.

 

Pourquoi nous pourrions aussi porter des masques l’hiver prochain

Certains Américains ont découvert un avantage inattendu à porter des masques en hiver : ils protègent contre l’air froid et brutal, et pas seulement contre le coronavirus.

Et les Américains pourraient les porter l’hiver prochain, lorsque certains experts de la santé disent que le Covid-19 pourrait refaire surface.

Bien qu’il espère que cela n’arrive pas, le Dr Fauci a déclaré qu’il était « possible que les Américains portent des masques en 2022 pour se protéger contre Covid-19 ».

Il se peut que la vie quotidienne soit différente du passé, a déclaré la Dre Céline Gounder, spécialiste des maladies infectieuses et épidémiologiste.

« Je pense que nous sommes en train d’examiner de nouvelles normes. Je pense que la poignée de mains, par exemple, va probablement disparaître », a-t-elle déclaré.

« Je pense que des masques pendant la saison de la toux, du rhume et de la grippe en hiver seraient très utiles. Cela a clairement, vraiment isolé les pays d’Asie du Sud-Est de certains des pires cas, en comprenant l’importance du port des masques ».

Pour ceux qui ont déjà été vaccinés, les experts de la santé disent qu’ils devraient continuer à porter un masque. C’est parce qu’il faut des semaines pour que les vaccins fassent pleinement effet et parce que les vaccins ne garantissent pas qu’une personne ne transmettrait pas le coronavirus à d’autres.

De plus, le ralentissement de la transmission du coronavirus entrave également les chances de voir le virus muter davantage.

« Les preuves étaient assez convaincantes en mars ou avril dernier que le port uniforme de masques réduirait la transmission de cette maladie », a déclaré dimanche le directeur des Instituts nationaux de la santé, le Dr Francis Collins, à « Axios sur HBO ».

La politisation des masques faciaux a probablement conduit à de nombreux décès inutiles, a-t-il dit.

« Un masque n’est rien d’autre qu’un dispositif médical qui sauve des vies, et pourtant il a été classé dans toutes sortes d’autres catégories qui ne sont pas factuelles, pas scientifiques et, franchement, dangereuses », a-t-il ajouté. « Et je pense que vous pouvez démontrer que des dizaines de milliers de personnes sont mortes à cause de cela. »

E-liquide pas cher
Eliquide pas cher en ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici