La confusion autour du port du Masque à Paris pour prévenir la diffusion du covid-19

1
998
Confusion port du masque à paris

La vigilance de notre beau pays vis-à-vis du coronavirus est louable, mais il sera difficile de conserver la confiance du public tout en appliquant les règles relatives aux masques de protection.

L’expérience de la France avec le Covid-19 a été marquée par des couacs logistiques de la fonction publique et des mode de communication infantilisants.

 

La discipline des Français s’effrite-t-elle depuis le confinement?

Le confinement printanier, l’un des plus stricts d’Europe, a permis de sauver des vies et de protéger des hôpitaux surchargés, mais aussi de punir les personnes qui quittaient leur domicile sans le bon formulaire d’autorisation ou qui faisaient leur jogging à la mauvaise heure. Le gouvernement s’inquiétait tellement des achats de panique que même les achats de timbres à la nicotine ont été limités. Lorsque l’administration du président Emmanuel Macron a commencé à desserrer les freins en mai, le mille-feuille de la bureaucratie gouvernementale française a ajouté quelques couches supplémentaires, avec 101 plans pour chacun des départements administratifs de la France.

Aujourd’hui, au plus fort de la saison touristique estivale, avec une augmentation des déplacements de personnes et des cas de Covid-19 qui atteint des niveaux rappelant les premiers stades de la pandémie, bien qu’avec un pourcentage bien plus faible des hospitalisations et des décès, l’impulsion bureaucratique est de retour. Le Premier ministre s’est engagé mardi à prendre de nouvelles mesures, allant d’une plus large adoption de masques à un plus grand nombre de tests et de campagnes d’information, déclarant que la courbe d’infection allait « dans la mauvaise direction ». On pourrait difficilement parler de seconde vague, avec une moyenne de 7 décès quotidiens confirmés contre près de 1 000 pendant le pic, mais les politiciens frisent la paranoïa, ce qui est compréhensible de nos jours.

 

Un été au cours duquel les Français baisseraient ils la garde?

La vigilance du gouvernement est louable. Ce n’est pas un été ordinaire : Les Français ont envie de sortir après des mois d’enfermement, et plus des deux tiers des vacanciers restent en France. Le coronavirus les accompagne aussi, comme en témoignent les nouvelles grappes qui apparaissent dans toute la France. Avec les preuves de plus en plus nombreuses que les adeptes du soleil baissent leur garde sur la distance de sécurité, et avec les cas qui augmentent également dans l’Espagne voisine, l’administration Macron veut clairement adopter une position de ceinture serrée avant la rentrée scolaire et le retour des infections hivernales comme la grippe. La résolution de ces problèmes logistiques et d’une vague de chaleur historique, qui peut être fatale pour les personnes âgées, fait appel aux forces de l’État.

Mais le danger est que la confiance du public s’érode à mesure que s’accumulent des règles plus strictes et plus complexes. Les masques en sont un bon exemple : s’ils sont déjà obligatoires dans les espaces publics fermés comme les hôtels, les restaurants et les transports publics, des villes comme Paris les ont rendus obligatoires cette semaine, y compris à l’extérieur, dans les zones où la distance de sécurité n’est pas possible. Les résultats ont été dignes des peintres surréalistes qui ont prospéré dans la capitale française il y a un siècle.

La nouvelle carte de Paris des zones interdites aux personnes sans masque, établie par les autorités locales selon les directives de l’État, est totalement incompréhensible. Le canal Saint-Martin, très branché, y figure, tout comme les lieux de rendez-vous populaires des bords de Seine, mais pas la plus célèbre avenue commerçante de la ville, les Champs-Élysées. (Elle est suffisamment longue et large pour permettre la distanciation de sécurité, apparemment.) Si vous voulez vous diriger vers le cœur de Montmartre, peut-être pour poser pour un portrait, apportez un masque. Pour ceux qui passent devant le centre commercial Les Halles, avec ses 50 millions de visiteurs annuels, ce n’est pas nécessaire. Oubliez les fermetures de frontières – c’est l’épidémiologie des trottoirs.

 

Des directives du gouvernement pas toujours bien comprises

Les règles confuses autour du Covid-19 ne sont pas seulement une affaire française : dans certaines régions du nord de l’Angleterre, il est interdit aux habitants de rencontrer ceux d’autres régions à l’intérieur, et Bruxelles a également imposé une politique de masques de rue. Mais cette tentative d’urbanisme cartésien est toujours aussi maladroite.

L’incohérence des messages et l’absence de signalisation claire au niveau des rues ont rendu les règles difficiles à suivre pour les gens sur le terrain. Il est peu probable qu’ils acceptent de se voir infliger une amende de 135 euros lorsque la police commencera à les faire respecter. Les critiques de la communauté médicale ont qualifié cette politique d' »incompréhensible » d’un point de vue scientifique, en partie parce que le virus se propage beaucoup mieux à l’intérieur. Il pourrait y avoir de graves conséquences involontaires : les gens pourraient manipuler leurs masques à tous les coins de rue, surtout en raison de la chaleur de l’été, ce qui les rendrait moins efficaces. Ou bien ils pourraient abandonner l’extérieur et se retrouver à l’intérieur, créant ainsi des espaces plus commodes pour que le virus puisse se propager.

Pour être justes, les ministres semblent conscients de ces pièges, et mardi, le Premier ministre a demandé de nouvelles règles pour aller au-delà du dispositif actuel et examiner les habitudes liées au port du masque sur le lieu de travail également.

Même une approche trop pointilleuse liée au port du masque à l’extérieur pourrait fonctionner dans le cadre d’un ensemble de mesures à plusieurs niveaux : les recherches sur les réponses politiques à la grippe espagnole de 1918 ont révélé que de multiples précautions de distanciation telles que la quarantaine, les restrictions de transport et les masques ont fonctionné ensemble au fil du temps pour limiter l’infection. Une politique unique qui rendrait les masques obligatoires partout, par exemple, pourrait être difficile à appliquer et pourrait s’avérer trop générale. Un haut responsable du département de la santé publique de Catalogne dit que les masques sont tout à fait appropriés dans les lieux publics et les environnements intérieurs surpeuplés, mais qu’ils le sont moins ailleurs.

Pourtant, la grippe espagnole et d’autres épidémies nous apprennent aussi que la confiance du public dans la politique de santé peut facilement se perdre, et que la cohérence est importante. Les Français ont d’abord approuvé la fermeture des hôpitaux, mais se sont finalement opposés à cette mesure, en colère contre le manque de tests et d’équipements médicaux. Ces lacunes en matière de ressources ont été partiellement comblées, mais pas totalement.

Si les nouvelles politiques de l’administration Macron optent pour une baisse des restrictions et pour des sanctions imposées d’en haut au détriment de la responsabilité individuelle, ainsi que pour de meilleures stratégies de dépistage, les politiciens continueront à ressentir la chaleur bien après la fin de l’été.

 

E-liquide pas cher
Eliquide pas cher en ligne

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici