Adapter votre maison pour la rendre sécuritaire pour votre proche atteint de démence est l’une des choses les plus importantes que vous ferez, en créant un endroit sécuritaire pour votre proche et en éliminant certains des soucis que vous pourriez ressentir.

La sécurité est l’une des plus grandes préoccupations lorsque vous prenez soin d’un être cher atteint de démence – surtout lorsque la maladie progresse. Chaque situation est différente et nécessite des précautions différentes. Il y a souvent un équilibre à trouver entre la protection de la personne et son droit à l’indépendance. Toutefois, il est important, dans la mesure du possible, de les faire participer à toutes les décisions que vous prenez. N’oubliez pas non plus que les précautions doivent être constamment révisées. Ce qui est actuellement sûr pourrait ne pas l’être dans quelques mois. Voici quelques-uns des risques à prendre en considération dans le cadre des stratégies à envisager.

L’errance

Il y a un certain nombre de raisons pour lesquelles votre proche peut décider de sortir par la porte et d’errer à des moments étranges, yerrance compris au milieu de la nuit.

Rappelez-vous que si la personne se sent agitée ou se réveille la nuit et qu’elle veut sortir, il se peut qu’elle ne prenne pas conscience qu’il ne s’agit pas d’un moment approprié ou qu’elle peut se mettre en danger. Leur sens du temps est modifié. Pour vous donner une tranquillité d’esprit et aider à garder la personne en sécurité, vous pouvez mettre en œuvre les solutions suivantes :

  • Installer un système d’alarme ou de carillon sur les portes extérieures qui vous avertit lorsque quelqu’un sort.
  • S’assurer que votre proche porte toujours une pièce d’identité. Il peut s’agir d’un bracelet ou d’un collier médical. Faites inscrire leur nom, leur adresse, votre numéro de téléphone. Ces informations pourront faciliter les recherches pour les personnes retrouvées errantes.
  • Utiliser des dispositifs électroniques de suivi qui permettent de localiser une personne si elle s’est perdue.
  • Garder une photo récente d’eux à portée de main afin que, s’ils disparaissent, vous puissiez la remettre à la police pour qu’elle vous aide dans les recherches.
  • Informer vos voisins afin qu’ils puissent réagir en connaissance de cause et qu’ils soient plus vigilants

Remplissez le formulaire pour obtenir un devis gratuit et sans engagement

Les dangers de la cuisine

Les cuisines peuvent être des endroits très dangereux. Voici quelques suggestions pour aider à minimiser les risques. Ce qui est approprié variera selon les circonstances.

  • Disposer d’un extincteur approprié et d’une couverture anti-feu.
  • Retirez tous les appareils qui ne sont pas nécessaires.
  • Mettez des étiquettes sur les appareils électroménagers pour montrer ce qu’ils font. Les photos sont bonnes pour ça.
  • Retirez tous les objets qui pourraient être dangereux, comme les couteaux tranchants.
  • Utilisez des briquets à piles pour allumer le gaz et jeter toutes les allumettes.
  • Obtenir des boutons amovibles pour la cuisinière afin qu’ils ne puissent pas être allumés, ou avoir des mécanismes de coupe-circuit installés.
  • Utilisez des bouilloires et autres appareils qui s’éteignent automatiquement.

Les risques de chutes

Le risque de chute augmente avec l’âge. Votre proche peut avoir eu un accident vasculaire cérébral, avoir des difficultés d’équilibre, une déficience visuelle ou d’autres facteurs qui les affectent. Quelques reflexes et solutions pour réduire le risque de chutes :

  • Vérifier régulièrement la maison pour déceler d’éventuels dangers. Il peut s’agir d’enlever des tapis dans les pièces ou les couloirs. Il peut également s’agir des objets comme les pots de fleurs ou les meubles bas qui obstruent les allées.
  • S’assurer que votre proche fait régulièrement de l’exercice. Cela peut aider à maintenir à la fois la force et l’équilibre.
  • Garder les objets qu’ils utilisent fréquemment facile d’accès
  • Éviter de faire les choses à la hâte. De nombreuses chutes surviennent lorsque les gens se précipitent.
  • S’assurer que l’éclairage est bon. La personne peut avoir une capacité réduite à détecter les mouvements ou à distinguer clairement les objets et les meubles si l’éclairage n’est pas suffisant.
  • Laisser une lumière allumée dans la salle de bain, le palier ou le hall pendant la nuit au cas où votre proche aurait besoin de se lever. Il existe également des veilleuses spécialisées qui s’allument automatiquement lorsque le niveau d’éclairage est faible
  • Débarrassez-vous de l’encombrement : boîtes, piles de magazines ou de journaux.
  • Il peut y avoir beaucoup de choses autour de la maison qui peuvent causer du tort. Inspectez la maison, le garage et toutes les remises et enlevez ou verrouillez les objets qui pourraient causer des dommages tels que les produits dangereux, les outils ou instruments qui pourraient être dangereux (comme les ciseaux, les outils tranchants, les couteaux, etc.)

D’autres conseils pêle-mêle vous sont donnés :

  • Baissez la température de la douche et de l’eau pour qu’il n’y ait pas de brûlure. Des systèmes de limiteurs de température d’eau chaude peuvent être installés afin de garantir la sécurité de votre proche.
  • Immobilisez les voitures ou autres véhicules et assurez-vous que les clés ne sont pas disponibles. (Essentiel si la personne est habituée à conduire)
  • Verrouillez tous les vélos afin qu’ils ne puissent pas être utilisés. (Essentiel si la personne a utilisé un vélo fréquemment dans son passé)
  • Étiquetage des robinets d’eau chaude comme chauds et froids.
  • Avoir des avertisseurs de fumée et de monoxyde de carbone dans ou près de la cuisine, dans les chambres à coucher et dans toute autre pièce pouvant avoir un feu de gaz.
  • Ajout d’une rampe en cas de présence d’escaliers dans le logement. S’assurer également que l’escalier est suffisamment éclairé. Il est également possible d’installer un petit portal d’escalier afin de prévenir les chutes. Enfin il est préférable de recouvrir les marches de bandes adhésives spécialisées plutôt que de tapis.

Ce qui précède donne une indication générale de ce qui pourrait présenter un danger pour votre proche. Gardez à l’esprit que chaque logement est spécifique et présentera des dangers différents. De plus, la familiarité peut vous faire oublier certaines choses qui pourraient présenter un danger dans un avenir proche. Il vaut mieux prendre des précautions et anticiper les dangers plutôt que de se dire que cela aurait pu être évité. L’association adiam à Paris accompagne depuis plus de 50 ans les personnes dans ces cas. Communiquez avec les services de pompiers de votre localité, ils fournissent habituellement des visites de sécurité à domicile et des conseils sur la façon de rendre la maison sécuritaire ainsi que sur les précautions à prendre en cas d’incendie. De plus, prenez l’attache de services spécialisés dans l’aide et les soins à domicile. Un ergothérapeute vous conseillera sur les adaptations à apporter à la maison pour la rendre sécuritaire, par exemple lorsque la personne entre et sort du bain. Ils vous fourniront des informations sur la question de savoir si vous bénéficier de financement pour les modifications recommandées et / ou d’aide à domicile financées.

Remplissez le formulaire pour obtenir un devis gratuit et sans engagement

La sécurité à domicile pour les personnes atteintes de troubles cognitives
Votez pour cet article